Foire aux questions - Vivre dans l'espace

Voici une compilation des questions les plus fréquemment posées à Chris Hadfield sur les medias sociaux. Nous mettrons cette liste à jour périodiquement.

Fuseau horaire

Question : Quel fuseau horaire adoptez-vous dans l'espace? Est-ce que vous fermez les lumières « la nuit »?

Nous adoptons l'heure de Greenwich (UTC pour Temps universel coordonné) la même que celui de Londres, en Angleterre. Nous fermons la plupart des lumières pour aller nous coucher – ça nous semble plus naturel de le faire.

Vitesse et emplacement de la Station spatiale internationale (ISS)

Question : Combien de temps vous faut-il pour faire le tour de la Terre?

L'ISS fait le tour du monde en 92 minutes, ce qui correspond à une vitesse de 8 km/seconde, 500 km/minute ou 28 000 km/h, soit environ Mach 25.

Travailler à bord de l'ISS

Chris Hadfield mélange des colloïdes dans des éprouvettes

« Mélanger des colloïdes dans des éprouvettes puis les regarder former des structures. De la science spatiale! », via Twitter le 20 février 2013. (Source : Agence spatiale canadienne/NASA)

Question : Menez-vous des expériences scientifiques tous les jours à bord de l'ISS? Ou avez-vous des jours de repos?

Nous menons des expériences scientifiques tous les jours, mais nous avons une charge de travail plus légère les samedis et dimanches. Nous avons environ 130 expériences en cours à bord de l'ISS. J'aide à les réparer, à les recharger et à les mener, et j'aide à maintenir la station en bon état pour nous permettre de mener ces expériences. Je suis un technicien de laboratoire extrême. Mon expérience préférée est la BCAT-C1 – dans le cadre de laquelle nous étudions le comportement de nanoparticules et de structures, ainsi que leur façon de se former en apesanteur.

Question : Avez-vous fait une sortie dans l'espace? Si oui, pouvez-vous nous décrire comment c'était?

J'ai été le tout premier Canadien à marcher dans l'espace. Je suis sorti deux fois pour aider à installer le puissant robot Canadarm2 sur l'ISS. C'était l'expérience la plus magnifique de toute ma vie. Seul, à bord d'un vaisseau spatial conçu pour une seule personne (mon scaphandre), en me tenant par une seule main, avec la noirceur sans fond de l'univers à ma gauche et le monde entier en Technicolor à ma droite. Je la recommande fortement.

Question : Avez-vous utilisé le Canadarm2?

Mes collègues de la NASA Kevin Ford et Tom Marshburn ont utilisé le Canadarm2 pour capturer le véhicule de ravitaillement Dragon de la société SpaceX le 2 mars 2013 pendant que je surveillais et appuyais les opérations. Les contrôleurs de mission au sol basés au siège social de l'ASC et au Centre spatial Johnson à Houston, au Texas, ont ensuite utilisé le Canadarm2 pour amarrer le Dragon à la station réalisant ainsi pour la première fois cette délicate opération à distance à partir du sol.

J'ai quant à moi opéré le bras robotique à quelques reprises pendant la mission pour le repositionner et pour faire des exercices de maintien de mes acquis.

Voyez Chris aux commandes du Canadarm2

Soyez l'astronaute aux commandes d'une mission robotique virtuelle!

Question : Vous utilisez Twitter souvent. Comment trouvez-vous le temps d'envoyer tous ces messages?

Les priorités sont la santé de l'équipage, la santé du véhicule, le travail/les activités scientifiques et, en dernier lieu, les activités personnelles. Je prends des photos, je diffuse des messages sur Twitter et je joue de la guitare quand je le peux!

Plus : Vous pouvez voir ce que fait l'équipage en temps réel en visitant le site NASA ISS Live (anglais seulement).

Plus d'informations sur le travail dans l'espace

Durée de la mission

Question : Combien de temps dure la mission?

Je vais passer 5 mois en orbite à bord de l'ISS, jusqu'à la mi-mai 2013.

Plus d'informations sur la mission Expedition 34/35

Vivre dans l'espace

Question : Que mangez-vous? Qu'est-ce que ça goûte? Quel est votre aliment préféré?

La nourriture spatiale est bonne, savoureuse et bien variée. Elle se limite toutefois aux aliments qui peuvent se conserver longtemps et qui ne nécessitent ni réfrigération ni four à micro-ondes. Ça ressemble beaucoup à de la nourriture de camping ou à des rations militaires. La majorité des aliments sont déshydratés, alors nous y ajoutons de l'eau froide ou chaude, comme les nouilles Ramen, la soupe instantanée ou les boissons en poudre. Mais nous avons un assortiment de nourriture russe et américaine, avec des spécialités canadiennes, européennes et japonaises, alors nous mangeons bien. Les repas nous donnent aussi l'occasion de nous retrouver ensemble pour parler, nous détendre et demeurer humains.

Je crois que la nourriture spatiale russe est ma préférée. Elle a la saveur la plus naturelle de toutes et elle ressemble à la nourriture réconfortante que je mangeais quand j'étais jeune.

Voyez Chris en train de se préparer un sandwich dans l'espace.

Plus d'informations sur Manger dans l'espace

Question : À quoi ressemblent vos quartiers personnels à bord de l'ISS?

Je suis en train de taper sur le clavier de mon ordinateur dans mon « aire de repos », une petite pièce capitonnée dotée d'une porte, complètement privée. C'est un peu comme une chambre à coucher sans lit, de la taille d'une cabine téléphonique.

Plus d'informations sur Dormir dans l'espace

Chris Hadfield s'entraîne à l'aide de l'exerciseur ARED

Chris Hadfield s'entraîne à l'aide de l'exerciseur Advanced Resistive Exercise Device (ARED) située dans le module Unity de l'ISS. (Source : NASA)

Question : À quelle fréquence faites-vous de l'exercice à bord de l'ISS?

Nous faisons deux heures d'exercices chaque jour pour garder la forme au cas où nous devrions faire une sortie dans l'espace et pour maintenir la résistance de nos os et la force de nos muscles en vue de notre retour sur Terre.

Plus d'informations sur L'exercice dans l'espace

Question : Combien de temps vous a-t-il fallu pour apprendre à manœuvrer en apesanteur? Vous êtes-vous beaucoup amélioré depuis votre première visite à l'ISS?

J'apprends toujours à le faire! Mais aujourd'hui, je fais parfois des mouvements gracieux. Je me sens comme un singe adapté qui se balance d'un arbre à l'autre dans la jungle... jusqu'à ce que je manque une poignée et percute un mur.

Question : Ne vous sentez-vous pas seul à bord de la station?

Il y a des gens qui se sentent seuls au cœur de toutes les grandes villes du monde, entourés par le bruit et des millions de personnes. La solitude n'est pas provoquée par l'endroit où l'on se trouve, mais bien par un état d'esprit. À bord de la station, la Terre entière est à notre fenêtre, des gens nous parlent par radio, nous pouvons appeler nos parents et amis, nous pouvons parler avec les autres membres de l'équipage et nous avons tout un éventail d'expériences scientifiques à mener et du travail à accomplir. Ici, la solitude n'est pas un problème plus grave qu'ailleurs dans le monde.

Question : Peut-on pleurer dans l'espace?

Dans l'espace, le nez ne coule pas et les larmes ne tombent pas. Les yeux produisent des larmes, mais ces dernières forment des boules de liquide. En fait, ça pique un peu. Alors oui, on peut pleurer dans l'espace, mais les larmes ne coulent pas et le liquide dans le nez s'accumule dans les sinus. Nous utilisons des mouchoirs.

Question : Comment peut-on aller aux toilettes dans l'espace?

La toilette de la station spatiale ressemble à une toilette de camping à la différence qu'elle utilise un écoulement d'air au lieu de la gravité. Les déchets solides ou liquides qui sont éliminés par le corps humain sont aspirés dans la toilette par l'écoulement d'air. L'urine est mêlée à d'autres eaux usées (humidité, échantillons d'eau, etc.) et purifiée pour en faire de l'eau potable. Les déchets solides sont recueillis dans un petit réservoir, puis remisés dans un véhicule de ravitaillement non habité qui est ensuite largué et qui se consume dans la haute atmosphère. Pour un bon résumé, je vous invite à voir la vidéo suivante (en anglais seulement) : http://www.youtube.com/watch?v=Jj-WgWLdiG8

Plus d'informations sur l'hygiène personnelle dans l'espace

Question : Quelle est l'odeur de l'espace? Est-ce que votre sens de l'odorat est altéré pendant votre séjour en orbite?

Le vide de l'espace n'a pas d'odeur, mais lorsque nous revenons d'une sortie, le sas dégage une odeur qui ressemble à celle de l'ozone ou de la poudre noire. Cela vient probablement du léger dégazage du métal extérieur et du tissu dont nos scaphandres sont faits.

Question : À quoi ressemble l'espace?

Il ressemble à un tapis de velours noir, couvert d'une multitude de minuscules lampes parfaites et fixes, avec la Voie Lactée qui est une zone lumineuse ayant une texture plus pâle.

Question : Avez-vous vu des OVNI?

Aucun astronaute n'a déjà vu un extra-terrestre, malgré ce que les médias populaires voudraient vous faire croire, mais nous sommes activement à leur recherche. C'est un des objectifs fondamentaux de l'exploration. Des rovers martiens sont déjà à la recherche de signes de vie sur notre plus proche voisine. J'adorerais aider à découvrir de la vie ailleurs que sur Terre, mais il est important de mettre les choses en perspective et de réfléchir logiquement : tous, nous voyons souvent des choses que nous ne comprenons pas nécessairement, mais je pense que c'est un peu bête et que c'est prendre ses désirs pour des réalités que de les qualifier immédiatement « d'OVNI » et de conclure que ce sont des preuves de vie extra-terrestre. Il faut faire la distinction entre les faits, d'une part, et la culture populaire ou le manque de compréhension, d'autre part.

Question : Comment faites-vous la lessive?

Nous ne la faisons pas puisque ça prendrait trop d'eau. Nous portons nos vêtements jusqu'à ce qu'ils soient trop sales puis les jettons. Nous les mettons dans le véhicule de ravitaillement russe Progress avec nos déchêts et ce dernier brûle dans l'atmosphère à son retour.

Question : Comment vous lavez-vous dans l'espace?

Vivre dans l'espace est un peu comme faire du camping. Nous ne pouvons prendre de douche à bord de l'ISS. Nous nous lavons donc à la main, à l'aide d'une débarbouillette.

Plus d'informations sur l'hygiène personnelle dans l'espace

Plus d'informations sur la vie dans l'espace

Twitter dans l'espace

La centrale Twitter à l'intérieur de la station personnelle de Chris Hadfield

Ma centrale Twitter à l'intérieur de ma station personnelle (vous voyez mon lit?). Notez mon portable ouvert sur Twitter. Via Twitter le 11 janvier 2013. (Source : Agence spatiale canadienne )

Question : Comment pouvez-vous utiliser Twitter depuis l'espace?

Je diffuse des messages sur Twitter à l'aide d'un ordinateur portable ordinaire dans mon compartiment de repos. Notre signal est relayé par satellite à un site miroir au Centre de contrôle de mission à Houston. La connexion est très lente et l'accès est limité à certains moments de la journée (selon les liaisons avec différents satellites), mais elle nous permet d'avoir un accès simple et direct, ce qui est parfait pour publier des messages sur Twitter et d'autres médias sociaux.

Question : Est-ce que le temps que vous consacrez à Twitter et à prendre des photos nuit à vos travaux scientifiques?

La prise de photos de la Terre est une partie reconnue de nos travaux scientifiques à bord. Cela nous permet de suivre les changements climatiques et l'étalement urbain, et de photographier de graves événements, comme des éruptions volcaniques et des ouragans. C'est aussi un de mes passe-temps favoris auxquels je peux m'adonner en soirée. Nous sommes bien heureux de pouvoir faire cela en plus de notre travail à bord.

On dirait que Twitter a été conçu tout particulièrement pour les astronautes en orbite. Pendant que je travaille dans les laboratoires toute la journée, je passe régulièrement près de mon compartiment de repos et, si j'ai un peu de temps entre deux événements, je peux facilement m'y arrêter et diffuser un message sur ce que je fais ou envoyer une photo récente. C'est une nouvelle façon extrêmement simple de partager l'incroyable aventure du voyage dans l'espace, telle qu'elle est, à mesure que nous la vivons nous-mêmes.

Cela étant dit, l'équipage a récemment établi un record pour le plus grand nombre d'heures passées dans les laboratoires scientifiques de la station en une seule semaine. Si nous travaillons fort et que nous trouvons le bon équilibre, il est possible de ne rien perdre et tout le monde peut participer à une des plus grandes réalisations de l'humanité.

Plus : Vous pouvez voir ce que fait l'équipage en temps réel en visitant le site NASA ISS Live (anglais seulement).

Photos de la Terre

Chris Hadfield prend des photos de notre planète

« Prendre des photos de notre planète depuis la coupole est l'un des passetemps préférés des astronautes à bord de l'ISS. », via Twitter le 8 janvier 2013. (Source : NASA)

Chris Hadfield photographie la Terre depuis la coupole

« Photographier la Terre depuis la coupole, avec mon gros zoom. », via Twitter le 8 janvier 2013. (Source : NASA)

Question : Où puis-je trouver les photos de Twitter dans les albums? Puis-je utiliser ces photos?

Si vous cherchez des photos particulières que j'ai publiées, vous pouvez trouver toutes les nouvelles dans mes albums de Facebook.

Vous pouvez aussi les trouver dans Google+ (en anglais seulement).

Note de l'ASC/NASA : Généralement, ces images ne sont pas protégées par des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser à des fins éducatives ou informatives, y compris des collections de photos, des manuels, des expositions publiques et des pages Web dans Internet. Cette permission générale comprend aussi les pages Web personnelles. Si vous voulez utiliser les images à des fins commerciales, surtout s'il est question de publicité, veuillez consulter la NASA.

Question : Quelle caméra utilisez-vous?

Les caméras de la station spatiale sont des Nikon D2 et D3, avec un éventail de lentilles jusqu'à 400 mm. Nous pouvons même les apporter dans le vide spatial.

J'ai pris la plupart de mes photos avec une lentille de 180 ou de 400 mm – ça fait toute une loupe! On peut voir beaucoup moins de détails à l'œil nu, mais nous pouvons quand même distinguer des zones à fort contraste – les havres, les routes rectilignes qui traversent les terres, les fermes, etc.

Question : Puis-je demander une photo?

Je reçois de nombreuses demandes de photos et je ne peux photographier que dans mes temps libres, après le travail. Étant donné qu'il me serait impossible de satisfaire à toutes les demandes, j'essaie de prendre les plus belles photos possibles chaque fois que je vais au hublot.

Question : Comment pouvez-vous reconnaître les parties de la Terre que vous survolez quand vous prenez des photos?

Lorsqu'on fait le tour de la Terre toutes les 90 minutes, on apprend à la connaître assez bien, un peu comme vous connaissez votre propre quartier. J'ajouterais que j'aime la géologie et la géographie, et que j'ai visité plus de 50 pays. Mais lorsque je ne reconnais pas l'endroit que nous survolons, je consulte le gros atlas que nous avons à bord ou Google Maps avec notre connexion Internet lente.

Question : Pourquoi les photos de nuit sont-elles couvertes de petits points multicolores?

Nous prenons des photos à ISO élevé d'une planète sombre. Vu le rayonnement intense que l'on trouve ici, au-dessus de l'atmosphère, nos pixels meurent beaucoup plus vite. Par conséquent, les photos de nuit sont couvertes de points qui ressemblent à des étoiles multicolores. Les points blancs indiquent la défaillance de tous les sous-pixels (RGB), alors que les points rouges, verts et bleus indiquent la défaillance d'un certain nombre d'autres sous-pixels.

Photo de nuages noctilucents

« Des nuages noctilucents – nuages très rares se formant en super altitude, à peine visibles de la Terre, vus de l'ISS au coucher du soleil dans la mésosphère. », via Twitter le 6 janvier 2013. (Source : Agence spatiale canadienne/NASA)

Question : Quelle est votre photo préférée que vous avez prise jusqu'ici?

Ma photo préférée est celle d'un nuage nocturne lumineux – je trouve que c'est un spectacle magnifique et scientifique. Je n'aurais jamais cru avoir la chance de voir un de ces phénomènes rares, et encore moins avoir la chance d'en prendre une excellente photo.

Question : Quelle est la plus belle chose à voir de l'espace?

Les aurores boréales et australes. C'est un spectacle lumineux continu fantastique. Nous avons la chance de les observer aux deux pôles, en suivant notre orbite vers le nord et le sud de la Terre. Elles scintillent et dansent juste devant nos yeux, captant immanquablement notre attention.

Question : Pourquoi ne prenez-vous pas de photos des étoiles ou de la Lune?

La plupart des hublots de la station spatiale sont orientés vers la Terre et la vue est si rare et magnifique qu'elle capte presque toute notre attention. Il faudrait être dans un endroit sombre pour photographier les étoiles, et les hublots orientés vers le haut sont dans des endroits très éclairés. Et enfin, même si les étoiles sont claires et brillantes quand on les observe d'ici, elles ne sont pas si différentes de ce qu'on peut voir sur Terre lors d'une nuit sombre au ciel dégagé.

Vidéos

Question : Faites-vous le montage de vos vidéos?

L'Agence spatiale canadienne fait le montage des vidéos pour moi et les publie sur sa chaîne YouTube. La gravité aide lorsqu'il s'agit de bouger la souris!

Liste de lecture des vidéos de mission

Dangers de l'espace

Question : Quels sont les dangers auxquels vous êtes exposés dans votre travail?

Le plus grand danger est le lancement – il implique beaucoup de puissance et une forte accélération. Une fois que nous avons survécu à ça, nous devons faire face à une série de dangers continus, soit le rayonnement, les impacts de météorites et les défaillances de la station, comme le risque d'incendie ou de fuite d'ammoniaque.

Question : Vous avez mentionné sur Twitter que l'ISS est régulièrement frappée par des météorites, mais qu'elle est dotée de boucliers. Entendez-vous ces impacts? Et qu'en est-il d'éléments comme les panneaux solaires?

De temps à autre on entend un « ping » lorsque de minuscules roches frappent notre station, ainsi que les craquements et les claquements du métal causés par l'expansion lorsque nous passons de l'ombre à la lumière du Soleil et vice-versa. Les panneaux solaires sont pleins de petits trous percés par des micrométéorites.

Question : N'avez-vous pas peur d'être dans l'espace? Quelle est la chose la plus effrayante que vous ayez vue dans l'espace?

J'ai observé une grosse météorite qui s'est consumée dans l'atmosphère entre l'Australie et moi. J'ai eu froid dans le dos en pensant que cette grosse roche aurait pu nous percuter par pur hasard au lieu de brûler dans l'atmosphère.

Nous avons peur lorsque nous ne sommes pas préparés à affronter l'inconnu. Nous sommes tous inconfortables lorsque nous sommes parachutés dans une situation inattendue et que nous ne savons pas quoi faire. C'est pourquoi nous avons peur d'une telle situation, surtout si elle peut nous mettre dans l'embarras ou nous tuer. Les astronautes évitent ce sentiment en passant des années à travailler pour comprendre l'inconnu et décider à l'avance ce que nous allons faire. C'est pourquoi nous étudions si longtemps et nous vivons et travaillons dans des simulateurs. Nous sommes souvent nerveux la première fois que nous faisons quelque chose de difficile, mais ça semble parfaitement normal à la 50e fois. Nous essayons de faire en sorte que tout ce qui peut se produire pendant un vol spatial nous paraisse normal. Nous ne sommes pas extraordinairement braves, juste extraordinairement préparés.

Question : Fait-il froid ou chaud dans l'espace?

Les deux! La station spatiale est en orbite autour de la Terre à une distance de 350 à 400 km. Elle fait le tour de la planète toutes les 90 minutes, 16 fois par jour. À l'ombre, il fait -120 degrés Celcius. Au soleil, il fait +150 degrés Celcius. Plus on s'éloigne du soleil, plus il fait froid. Il faut prendre ces écarts marqués de température en considération lorsqu'on conçoit des engins spatiaux ou des satellites.

Devenir astronaute

Question : Comment puis-je devenir un astronaute?

La sélection des astronautes exige trois choses fondamentales : la santé, l'intelligence et l'expérience. Vous devez pouvoir réussir l'examen médical le plus strict du monde pour venir à bord de la station spatiale, alors restez en bonne forme et surveillez votre alimentation. Vous devez aussi démontrer votre capacité à apprendre des choses complexes, alors il vous faut un diplôme universitaire technique supérieur. Vous devez aussi faire la preuve que vous pouvez prendre de bonnes décisions lorsque les enjeux sont vraiment grands, alors il est recommandé d'avoir travaillé comme médecin, pilote d'essai ou plongeur à saturation. Ainsi, on ne retient que quelques centaines de candidats. Ensuite, il faut d'autres compétences : les langues, le pilotage, la plongée sous-marine, la personnalité, l'attitude et la façon de se présenter. Par-dessus tout, il faut un immense désir fondamental d'être un astronaute pour réussir à faire tous les sacrifices que ce genre de travail impose à la vie des astronautes.

Ensuite, faites une demande d'emploi auprès de l'agence spatiale de votre pays, puis obtenez une place parmi les milliers d'autres personnes qui veulent voler dans l'espace. Jeremy Hansen et David Saint-Jacques sont les deux plus récents Canadiens à avoir été embauchés – vous pouvez en savoir plus long sur eux en ligne et les suivre sur Twitter.

Vidéo : Comment atteindre ses objectifs, par Chris Hadfield

Plus d'informations sur la plus récente Campagne nationale de recrutement d'astronautes