Préserver la santé de nos écosystèmes

Pour préserver la santé de nos écosystèmes en constante évolution, on doit d'abord les surveiller. C'est justement possible de le faire avec les images produites avec les données de satellites d'observation de la Terre comme les RADARSAT, dont ceux de la mission de la Constellation RADARSAT (MCR).

Un écosystème, qu'est-ce que c'est?

C'est l'ensemble des organismes vivants (animaux et plantes) et des éléments non vivants (sols, climat) d'une zone écologique donnée, qui établissent entre eux des interactions.

Des solutions aux défis de l'agriculture

La MCR peut déterminer les caractéristiques des cultures sur des milliers de kilomètres carrés, quelles que soient les conditions météorologiques.

De nos jours, une des principales difficultés du secteur agricole est de produire assez de nourriture sans nuire davantage à l'environnement. En permettant de surveiller le taux d'humidité des premiers centimètres du sol, la MCR aide les agriculteurs à évaluer les propriétés de la terre et des cultures. Ils peuvent ainsi prendre les meilleures décisions pour maximiser le rendement de leurs cultures, tout en réduisant leur consommation d'énergie et en évitant de gaspiller engrais (qui peuvent devenir des polluants) et eau.

Aider les agriculteurs à accroitre le rendement de leurs cultures

Source : Tony Balkwill.

Tony Balkwill est agriculteur et conseiller agricole dans le sud de l'Ontario. Il utilise des données de RADARSAT pour gérer ses cultures et aider ses clients à gérer les leurs. La productivité des agriculteurs est ainsi accrue puisqu'ils peuvent évaluer la condition de leurs champs sans avoir à les inspecter sur le terrain, ce qui prend beaucoup de temps. En surveillant le taux d'humidité des premiers centimètres du sol, les satellites RADARSAT aident les agriculteurs comme Tony à évaluer les propriétés de la terre et des cultures. Ils peuvent ainsi maximiser le rendement de leurs cultures, tout en utilisant moins d'énergie et de produits potentiellement polluants. Article complet sur Tony Balkwill.

Gestion durable des forêts

Les s atellites aident à surveiller la santé de nos forêts.

Le Canada compte 347 millions d'hectares de terres forestières, soit 9 % du couvert forestier mondial et 40 % des forêts de la planète gérées de manière durable. Le Canada est un chef de file de l'aménagement forestier durable : 94 % des forêts du pays font l'objet d'une gestion durable. Les forêts, et leurs ressources, sont essentielles au bien-être à long terme des Canadiens. Elles absorbent les gaz à effet de serre, abritent de nombreuses espèces fauniques, fournissent de l'eau propre, font travailler près de 210 000 Canadiens et fournissent la matière pour plusieurs produits de tous les jours, dont le papier et le bois. Il est primordial de gérer durablement les forêts pour que les générations futures puissent aussi profiter de ces avantages. Les données de la MCR sont utilisées pour déterminer les zones de récolte, surveiller la régénération forestière et optimiser la gestion forestière afin de préserver la biodiversité et l'approvisionnement en ressources ainsi que d'assurer un développement durable.

Protéger les habitats fauniques

Les données satellitaires aident à conserver les habitats naturels des espèces fauniques. (Source : Ryan Hagerty.)

Il arrive que l'habitat de certaines espèces soit morcelé en petits ilots séparés les uns des autres. C'est ce qu'on appelle la fragmentation de l'habitat, dont les effets négatifs se font sentir sur toutes les espèces se trouvant dans ces ilots et sur l'ensemble de l'écosystème. Les causes peuvent être d'origine naturelle, comme les feux et les changements climatiques, ou d'origine humaine, comme l'urbanisation et l'aménagement des terres agricoles. Pour conserver la biodiversité, il est important de surveiller ce phénomène. La MCR aide à surveiller la fragmentation de l'habitat, les changements dans l'utilisation de terres dans les parcs nationaux et aux alentours ainsi que le couvert forestier et son évolution. Les données permettent d'améliorer la prise de décisions par rapport aux programmes de recherche, de gestion et de conformité liés à la conservation des écosystèmes.

Aider à surveiller l'environnement canadien en évolution

Brian Koonoo, agent de gestion des ressources pour Parcs Canada, doit souvent se rendre dans les régions nordiques pour recueillir et analyser des données sur l'évolution de l'environnement. Il lui faut être au courant des dernières prévisions météorologiques puisqu'il est risqué de travailler dans cette région où les températures et les conditions peuvent vite changer. Les données de RADARSAT l'aident à déterminer les trajets à emprunter les plus sûrs, en sachant où se trouvent les endroits dangereux de la toundra, comme les régions où le pergélisol fond. Ces données sont de plus en plus importantes à cet égard parce qu'on ne peut plus se fier comme avant au savoir traditionnel sur le paysage arctique à cause des changements climatiques. Article complet sur Brian Koonoo.

Aider à préserver les terres humides

Reconnues comme des aires particulièrement précieuses, les terres humides constituent l'unique écosystème protégé en vertu d'une convention internationale.

Considérées dans le passé comme des terres stériles, de nombreuses terres humides ont été asséchées ou remblayées. Récemment, leur valeur a toutefois été reconnue et des efforts ont été consacrés à leur protection. Elles présentent plusieurs avantages, entre autres leur capacité d'absorber l'impact de grosses vagues ou d'inondations, de filtrer des résidus et des éléments toxiques, de fournir de la nourriture et un habitat essentiel à de nombreuses espèces fauniques, et de nous procurer des sources de nourriture, d'énergie et de matériaux. Pour conserver et utiliser judicieusement les ressources des terres humides, il faut les cartographier et les classifier. La MCR fournit des données à l'Inventaire canadien des milieux humides, établi en par l'Agence spatiale canadienne, Canards Illimités Canada, Environnement et Changement climatique Canada et le Conseil nord-américain de conservation des terres humides.

Surveiller l'érosion des côtes

Les îles de la Madeleine sont durement touchées par l'érosion côtière. (Source : Attention FragÎles.)

Le Canada a le plus long littoral du monde, qui s'étend sur 243 042 km le long de trois océans : l'Atlantique, l'Arctique et le Pacifique. Plus de sept millions de Canadiens vivent dans les régions côtières, qui possèdent une biodiversité et des ressources uniques, sur lesquelles l'érosion côtière a un impact considérable. Cartographier les côtes et détecter les modifications qu'elles subissent est fondamental pour l'aménagement des côtes et la planification de leur mise en valeur, la protection de l'environnement côtier et la gestion durable des ressources, sans oublier la navigation maritime sûre. Les données de la MCR servent à localiser et à surveiller l'érosion côtière ainsi qu'à évaluer les impacts des changements climatiques et des activités humaines sur les côtes, en particulier la construction de quais et l'enlèvement de sédiments.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :