CCISS : effets sur le cœur des variations de la gravité

Sciences de la santé

L'expérience canadienne CCISS (pour Cardiovascular and Cerebrovascular Control on Return from the International Space Station) s'est penchée sur les effets des missions spatiales à long terme sur le cœur des astronautes et les vaisseaux qui amènent le sang jusqu'au cerveau.

Contexte

L'absence de pesanteur dans l'espace perturbe la circulation normale du sang dans l'organisme. Dans l'espace, le sang des astronautes se répartit différemment dans leur corps. Il passe de la partie inférieure du corps à la poitrine et à la tête des astronautes : les astronautes ont alors l'impression d'être congestionnés et d'avoir des jambes en coton.

Lorsque les astronautes reviennent sur Terre, le phénomène inverse se produit. Le sang tend à s'accumuler dans la partie inférieure du corps. Lorsque le sang oxygéné ne se rend pas au cerveau en quantité suffisante, il arrive que certains astronautes éprouvent des étourdissements ou une vision trouble. Certains vont même jusqu'à perdre connaissance.

Le cœur des astronautes est affecté par l'absence de gravité lorsqu'ils arrivent dans l'espace et par le retour de la gravité lorsqu'ils reviennent sur Terre.

Objectifs

L'étude visait l'atteinte les objectifs suivants :

 Retombées sur Terre

Les résultats de l'expérience CCISS pourraient également profiter aux aînés qui sont susceptibles de souffrir d'étourdissements et d'évanouissements.

Une meilleure compréhension des mécanismes qui interviennent dans les chutes de tension artérielle et des signes d'avertissement qui pourraient prédire les niveaux de risque pourrait contribuer à réduire les épisodes d'étourdissements et d'évanouissements chez les aînés.

Déroulement

Six astronautes ont pris part à cette étude.

  1. Les participants ont porté des appareils qui mesuraient leur pression artérielle, leur rythme cardiaque et leur profil d'activité physique pendant la journée et pendant leur sommeil, et ce, au cours de périodes de 24 heures avant, pendant et après leurs missions dans l'espace.
  2. Les données relatives à leurs signes vitaux pendant leur séjour à bord de la Station spatiale ont ensuite été comparées aux données recueillies avant et après leurs vols spatiaux.

 Résultats

L'expérience CCISS a permis de découvrir qu'il existait des différences importantes d'une personne à l'autre. La réponse du rythme cardiaque à la modification de la pression artérielle a varié d'un astronaute à l'autre. Ces résultats pourraient indiquer que certains membres de l'équipage devraient faire davantage d'exercice ou adopter des contremesures pour atténuer la variation de leur pression artérielle lors de leur retour sur Terre.

L'expérience a également permis de découvrir qu'après avoir été exposées au milieu unique de l'espace, les artères cérébrales étaient moins en mesure de réagir aux changements soudains de la pression artérielle. Il faudra faire plus de recherche afin de déterminer si cette insuffisance peut être liée à la dégradation de la vue signalée par les astronautes.

L'équipe de recherche responsable de l'expérience CCISS a confirmé que les astronautes ont un style de vie très sédentaire lorsqu'ils sont dans l'espace – ils ne sollicitent tout simplement pas leurs muscles aussi souvent que sur Terre lorsqu'ils se déplacent. Pour demeurer forts et en santé, le cœur et les muscles dépendent de la résistance quotidienne offerte par la pesanteur. Les longues périodes de sédentarité sont associées à un risque accru de développer des troubles cardiovasculaires tels que l'hypertension, l'arythmie et l'insuffisance cardiaque.

Dates

L'expérience a été réalisée de à .

Équipe de recherche

Chercheur principal

Cochercheurs

Poursuivez l'exploration

Date de modification :