Utiliser des satellites pour protéger nos étendues d'eau et y naviguer

Fleuve Saint-Laurent

Le fleuve Saint-Laurent et son estuaire captés de la Station spatiale internationale par Chris Hadfield. (Source : Agence spatiale canadienne/NASA.)

Essentielle à toute forme de vie, l'eau est une ressource précieuse, mais l'une des plus exploitées. Comme cette richesse est fragile, plusieurs satellites fournissent des renseignements pour nous aider à la protéger.

Quels satellites observent les eaux et les océans?

Pourquoi observer les eaux et les océans à l'aide de satellites?

Surveiller les glaces et les icebergs

Le Canada est un pays nordique. Été comme hiver, la banquise et les glaces de mer, indicateurs de la santé de notre environnement, posent des défis aux navigateurs.

Image d'un glacier (iceberg) et son reflet dans l'eau.

Leur surveillance depuis l'espace nous offre un portrait précis des conditions de navigation et des écosystèmes arctiques, ce qui permet au Canada :

  • d'établir les voies navigables sûres;
  • de garantir le ravitaillement des communautés isolées, des plateformes d'exploration en haute mer ou des stations de recherche marines;
  • d'offrir des données fiables sur les impacts des changements climatiques.

Satellites RADARSAT

À quoi servent-ils?

Nés de la nécessité de surveiller efficacement les eaux glacées, les satellites canadiens RADARSAT, grâce à leur radar, captent des données jour et nuit, indépendamment de la couverture nuageuse, depuis la mise en orbite de RADARSAT-1 en . Ces caractéristiques conviennent tout à fait à l'observation des milieux marins et des côtes.

Les images produites par RADARSAT permettent d'identifier les divers types de glaces et de produire quotidiennement des cartes. Elles rendent aussi possible la surveillance des fleuves et des rivières ainsi que l'analyse de la glace qui les recouvre.

La Constellation RADARSAT nous offrira des données encore plus précises sur la quantité, la densité et la résistance des glaces pour mieux comprendre leur cycle de formation.

Trouver et observer les sources d'eau

Le Canada est bordé par trois océans et traversé par huit fleuves. Avec ses cinq Grands Lacs et ses millions de lacs et de rivières, notre pays compte une impressionnante réserve d'eau douce.

Le Canada vu de l'espace

Mosaïque du Canada produite à l'aide de 121 images prises par le satellite canadien RADARSAT-2. (Source : RADARSAT-2 Données et Produits © MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd., . En collaboration avec le Centre canadien des glaces. Tous droits réservés. RADARSAT est une marque officielle de l'Agence spatiale canadienne.)

Les autres pays n'ont pas tous cette chance. Plus d'un milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à de l'eau potable.

Les données des satellites soutiennent nos analyses pour que nous puissions protéger nos ressources efficacement et mieux comprendre l'influence des changements climatiques sur le cycle de l'eau.

Satellites RADARSAT

À quoi servent-ils?

Comme le fera la Constellation RADARSAT, RADARSAT-2 distingue les différents types de surface, qu'ils soient rugueux comme du sable ou lisses comme un plan d'eau calme.

Les images RADARSAT permettent de :

  • cartographier les zones côtières et de repérer les zones humides ou immergées;
  • localiser et mesurer les étendues d'eau de surface et souterraines, l'humidité des sols et l'épaisseur de la neige.

SMOS

À quoi sert-il?

SMOS cartographie la salinité des océans ainsi que les régions couvertes de neige et de glace en plus de mesurer l'humidité des sols.

Grâce à ses données, on peut mieux comprendre :

  • le cycle de l'eau, nos systèmes climatiques;
  • l'incidence de l'activité humaine sur les processus naturels de la Terre.

Veiller sur la faune, les littoraux et les océans

Nos océans, nos cours d'eau et leurs rives sont des écosystèmes qui regorgent de poissons et qui sont le milieu de vie de nombreux autres organismes vivants, été comme hiver.

Réserve écologique de Cape St. Mary's à Terre-Neuve. Notez la colonie de fous de Bassan sur la paroi rocheuse.

Constellation RADARSAT

À quoi sert-elle?

En scrutant les différents écosystèmes du Canada et de la Terre, la Constellation RADARSAT produira des images radar qui rendront possible :

  • de cartographier de l'érosion des côtes et de dresser un inventaire complet des milieux humides;
  • d'évaluer l'impact de l'activité humaine et des changements climatiques sur les littoraux;
  • de repérer rapidement, en combinaison avec les signaux du système d'identification automatique (SIA), les navires naviguant sur nos eaux et de découvrir ceux qui pratiquent des activités de pêche illégales ou provoquent un déversement d'hydrocarbures.

SWOT

À quoi servira-il?

La mission satellitaire offrira une couverture complète de la plupart des lacs et des rivières dans le monde, notamment dans le Nord canadien.

Le satellite fera un inventaire des eaux canadiennes pour :

  • améliorer la façon dont nous gérons nos ressources hydriques;
  • faciliter la prévision des inondations et des sécheresses;
  • appuyer aussi les activités de pêche canadiennes en surveillant les caractéristiques des migrations des espèces commerciales. Les pêcheurs pourront faire des prévisions fiables sur l'emplacement des poissons au moyen de données ultraprécises sur les tourbillons océaniques dans les zones de grande production.

Guider les navires

Le transport de marchandises par voie maritime, les activités de pêche et l'exploitation pétrolière et gazière se sont intensifiés au cours des dernières décennies. La navigation à travers les glaces ajoute à la complexité de l'exercice.

Le navire Amundsen de la garde côtière canadienne naviguant dans les eaux de l'arctique. (Source : Garde côtière canadienne.)

Le Canada fournit des données radar pour estimer l'épaisseur des glaces marines et l'emplacement des champs de vagues à la surface de l'océan, mais aussi pour détecter les navires qui s'y déplacent. C'est grâce aux données satellite, entre autres, que les autorités côtières assurent la sécurité en mer et surveillent le trafic maritime commercial. Par exemple, des images de RADARSAT-2 ont aidé le Crystal Serenity, le plus gros navire de croisière à avoir navigué dans le passage du Nord-Ouest, à se frayer un chemin à travers les eaux glacées en toute sécurité en .

Capter les signaux d'identification des navires

En mer, les navires sont dotés d'un SIA qui transmet des renseignements importants sur leur identité, leur direction et leur vitesse de croisière. Les signaux du SIA permettent de détecter la présence d'autres navires et d'éviter des collisions en mer.

Cette technologie, embarquée sur le satellite M3MSat, a révolutionné la façon dont nous surveillons et gérons la sécurité des navires en mer, car nous disposons maintenant d'une meilleure vue d'ensemble du trafic maritime.

Les trois satellites de la Constellation RADARSAT seront aussi équipés de la technologie du SIA.

Se frayer un chemin à travers les glaces pour ravitailler une collectivité nordique

Utilisateur de RADARSAT : capitaine de navire

Source : Michael Stokes.

Michael Stokes est capitaine de navire. Il travaille surtout dans l'Arctique, où il ravitaille en nourriture et en matériel une collectivité minière reculée. C'est l'un des rares capitaines à le faire dans la région. Les données de RADARSAT lui sont essentielles. Son navire a 40 ans : c'est le plus vieux de la flotte. Le capitaine Stokes doit donc faire preuve de la plus grande précaution pour ne pas se retrouver coincé dans les glaces, ce qui pourrait endommager le navire. Les données de RADARSAT lui fournissent tous les détails dont il a besoin pour décider de la route à suivre pour livrer la marchandise tout en veillant à la sécurité de l'équipage. Article complet sur Michael Stokes.

SWOT

Grâce aux technologies novatrices de ce satellite, qui fourniront notamment des données sur les courants marins, il sera possible de proposer des routes de navigation optimales. Les navigateurs pourraient aussi réaliser des économies de 8 % en temps et en carburant lors de traversées de l'Atlantique.

La mission pourra aussi appuyer les opérations de recherche et de sauvetage menées par la Garde côtière canadienne en haute mer en fournissant des renseignements de meilleure qualité sur les courants pour prédire avec une plus grande précision la position des glaces, des icebergs et des objets à la dérive.

Enfin, SWOT facilitera également les activités dans l'industrie canadienne de la pêche et nous aidera à mieux comprendre le cycle de l'eau et notre gestion des ressources hydriques.

Cette animation montre le satellite de la mission SWOT de topographie des surfaces d'eau océaniques et continentales en train d'effectuer des mesures précises de certaines surfaces d'eau. (Sources : NASA, JPL-Caltech.)

Orienter les secours

Lorsque l'eau se déchaîne, elle menace bien souvent la sécurité de communautés entières.

Pour mieux coordonner leurs interventions de sauvetage, les autorités du monde entier se tournent souvent vers les satellites. Les 17 pays signataires de la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures », dont le Canada, unissent alors leurs efforts et échangent sans attendre leurs données satellite pour secourir la population et sauvegarder les infrastructures.

Exercice de sauvetage avec un hélicoptère et un navire de la Garde côtière canadienne. (Source : Garde côtière canadienne.)

Satellites RADARSAT

À quoi servent-ils?

Grâce à son radar, RADARSAT-2 détecte de jour comme de nuit, et à travers les nuages, les caractéristiques des ouragans et des tempêtes tropicales ainsi que les changements qu'ils provoquent sur l'environnement.

Ces précieux renseignements aident les équipes de secours sur le terrain à prendre des décisions éclairées et à planifier efficacement leurs interventions.

La capacité du Canada à surveiller les ouragans, à évaluer l'étendue des inondations ou encore à prévoir les crues soudaines sera renforcée par les satellites de la Constellation RADARSAT.

De l'espace à la Terre : les satellites en action

Poursuivez l'exploration

Date de modification :