Profil personnel – candidats astronautes

Les candidats participant au processus de sélection des astronautes ont tous des parcours uniques ainsi que des qualités et des compétences exceptionnelles. Découvrez leur profil hors du commun.

Voir la carte interactive

Astronautes recherchés
Evan Alexander Beirne Thomas

Thomas, Evan Alexander Beirne

Lieu de naissance
Montréal, Québec, Canada

Lieu de résidence
Portland, Oregon, États-Unis

Études

  • Baccalauréat, radiotéléjournalisme – Université du Colorado à Boulder
  • Baccalauréat, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder
  • Maîtrise, santé publique – Université des sciences de la santé de l'Oregon
  • Maîtrise, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder
  • Doctorat, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder

Photo du candidat astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Photo du candidat astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Les candidats astronautes pendant la deuxième série de tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne, Cplc Chris Ringius, MDN)

Les candidats astronautes pendant la deuxième série de tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Les candidats astronautes pendant la deuxième série de tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Les candidats astronautes pendant la deuxième série de tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne, Cplc Chris Ringius, MDN)

Photo du candidat astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Photo du candidat astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Photo du candidat astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Quel est votre emploi actuel?

Professeur agrégé, Université d'État de Portland - Je suis professeur agrégé en génie mécanique et en santé publique à l'Université d'État de Portland. Mon équipe développe des capteurs cellulaires et satellites qui sont expédiés dans 15 pays pour éclairer la prise de décisions visant à améliorer les programmes de santé mondiaux.

Je dirige également un programme national de santé au Rwanda, qui vient en aide à 1,3 million de personnes réparties dans 7  500 villages. Nous fournissons des cuisinières propres et des filtres à eau, et encourageons les changements de comportements. Nous avons récemment terminé un essai clinique randomisé à grande échelle.

Auparavant, j'étais ingénieur en aérospatiale au Centre spatial Johnson de la NASA où je mettais au point des systèmes de régénération de l'air et de récupération de l'eau pour les vaisseaux spatiaux.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

L'eau potable, les installations d'assainissement et l'accès à des sources fiables d'énergie sont des défis techniques tout aussi pertinents à bord d'un vaisseau spatial que sur Terre, où les besoins élémentaires de milliards de personnes ne sont toujours pas comblés. Je souhaite être un astronaute parce que la Station spatiale internationale est à la fois une plateforme de recherche-développement et une tribune mondiale pour des collaborations tangibles et fructueuses qui peuvent tout autant faire progresser l'exploration spatiale que répondre aux problèmes chroniques sur Terre.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Plus jeune, j'ai toujours voulu être un inventeur, comme Edison ou Tesla. Au secondaire, j'ai appris que des études en ingénierie pouvaient m'aider à atteindre cet objectif. J'ai ensuite travaillé pour la NASA afin de contribuer à l'exploration spatiale. Dernièrement, j'ai utilisé mes compétences en génie et ma formation en santé publique pour aider à offrir de l'eau potable, des installations d'assainissement et un accès à des sources d'énergie dans des pays en voie développement, mais aussi pour suivre l'évolution de ces efforts grâce à des capteurs sophistiqués en liaison avec des réseaux satellitaires et cellulaires – pour nous rapprocher les uns des autres.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mes professeurs les plus influents ont toujours accepté et encouragé le fait que je ne souhaite pas toujours respecter les règles. Ils m'ont guidé – et m'ont évité des ennuis – sans me dire quoi faire pour être comme tout le monde.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'ai l'occasion de travailler au sein d'équipes multidisciplinaires d'experts du monde entier, qui s'emploient toutes à améliorer la vie sur Terre. J'ai visité une cinquantaine de pays, travaillant dans des villes et villages éloignés en partenariat avec des amis dévoués et prévenants. Plus je voyage, plus je réalise à quel point nous sommes semblables et nous pouvons tous travailler ensemble.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Mon ami, le colonel Ron Garan, ancien astronaute de la NASA et pilote de chasse F-16 pour les forces aériennes des États Unis, propose une « perspective orbitale » qui incite à mettre fin aux divisions et à éviter la concurrence malsaine. Il a consacré sa troisième carrière à présenter cette perspective dans le monde entier.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Interstellaire en bonne société mais à vrai dire, Star Trek.

Quelle est votre devise?

Ne perdez pas de temps!

Aviez-vous peur du noir quand vous étiez petit?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Faites ce qu'il faut pour faire la différence, pas ce qui paraît bien dans un curriculum vitæ.

Quel est votre bien le plus précieux?

Mon grand-père a décroché son doctorat en entomologie à 21 ans. C'est son seul diplôme, si l'on peut dire, car il n'avait pas l'argent pour payer les droits de scolarité liés à ses autres études. Une fois son doctorat en poche, il a utilisé l'héritage reçu de son grand-père pour acheter son premier microscope en 1938. Il me l'a donné quand j'avais une dizaine d'années.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

J'ai construit récemment un petit chalet d'une pièce donnant sur le mont Hood, dans l'Oregon. Entouré de neige et d'animaux sauvages, c'est l'endroit idéal pour bien travailler.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Quand j'étais étudiant de premier cycle, j'ai aidé à fonder le volet américain d'Ingénieurs sans frontières et commencé à travailler au Rwanda avec un budget de 5 000 dollars récoltés dans des activités de lave-auto ou provenant de clubs Rotary. Plus tard, devenu ingénieur en aérospatiale au Centre spatial Johnson de la NASA, j'ai passé mes heures de lunch, mes soirées et mes fins de semaine à mettre au point des technologies liées à l'eau et à l'énergie destinées aux pays en développement. Je dirige actuellement un programme national d'un budget de 35 millions de dollars qui a profité à ce jour à plus de 1,3 million de personnes au Rwanda.

Quel est votre livre préféré?

Un Yankee à la cour du roi Arthur, de Mark Twain.