Profil personnel – candidats astronautes

Les candidats participant au processus de sélection des astronautes ont tous des parcours uniques ainsi que des qualités et des compétences exceptionnelles. Découvrez leur profil hors du commun.

Voir la carte interactive

Astronautes recherchés
Vanessa Fulford

Fulford, Vanessa

Lieu de naissance
Fort McMurray, Alberta, Canada

Lieu de résidence
Cold Lake, Alberta, Canada

Études

  • Baccalauréat, sciences spatiales – Collège militaire royal du Canada
  • Maîtrise, essais et évaluations en vol – National Test Pilot School

Photo de la candidate astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Photo de la candidate astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Photo de la candidate astronaute pendant les tests d'aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Quel est votre emploi actuel?

Ingénieure d'essais en vol, Aviation royale du Canada, Centre d'essais en génie aérospatial - Je travaille dans la section des évaluations des chasseurs/avions-école, principalement avec le CF188 Hornet. En collaboration avec les pilotes d'essai de ma section, je veille à ce que tout nouvel équipement et logiciel pour le Hornet fonctionne correctement et de façon sécuritaire. Sur le terrain, je m'assure que nous sommes prêts à recueillir les données requises. En vol, je relaie les paramètres d'essai au pilote d'essai afin qu'il puisse effectuer les manœuvres pendant que je collecte des données et observe les réactions de l'avion.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Ma motivation pour devenir une astronaute canadienne se décline en trois volets. D'abord, j'ai toujours souhaité ardemment faire des découvertes, apprendre et acquérir des connaissances grâce à de nouvelles aventures. Ensuite, je crois profondément que c'est grâce à l'exploration spatiale que nous produirons les technologies qui feront avancer l'humanité. Enfin, et surtout, je veux être un modèle pour les prochaines générations. Je suis fière de piquer la curiosité des gens et de leur faire voir les possibilités que nous réserve l'avenir et toutes les expériences formidables qu'ils peuvent vivre.

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'ai choisi le domaine des sciences spatiales parce que je voulais devenir astronaute. Parmi les programmes offerts au Collège militaire royal du Canada (CMRC), celui des sciences spatiales m'intéressait le plus, ce qui a été pour moi un facteur déterminant qui m'a incitée à m'enrôler dans l'armée, car le CMRC était l'une des rares écoles qui offraient un programme de cette nature.

Je suis devenue ingénieure d'essais en vol parce que j'adore explorer et apprendre. Pendant les essais en vol, nous avons l'occasion de repousser les limites et de faire partie de l'équipe qui expérimente pour la toute première fois, que ce soit aux commandes d'un nouvel avion ou d'un avion fraîchement reconfiguré.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mon enseignante de neuvième année a exercé une immense influence sur le cours de ma vie. Elle a aiguisé ma passion pour les sciences et stimulé mon goût de l'aventure en m'encourageant à me joindre au club de voyage de notre école secondaire. Ce club privilégiait les voyages d'aventure dans les lieux un peu inhabituels; au cours des trois années où j'ai fait partie du club, je me suis rendue en Égypte, en Thaïlande et au Guatemala. Ces voyages étaient axés sur des activités d'aventure, comme l'ascension de volcans actifs ou des randonnées à dos de chameau dans le désert, ou encore des excursions où l'on pouvait dormir à la belle étoile. De plus, avant de partir en voyage, nous passions l'année à apprendre la langue et la culture des populations de nos pays de destination.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

L'un des aspects les plus stimulants de mon travail est le pilotage des avions à réaction. C'est une expérience incomparable : chaque fois que je m'installe à bord d'un CF-188, je ressens toujours la même fébrilité et le même enthousiasme au moment où les moteurs passent en mode postcombustion et nous propulsent vers le ciel. Peu importe que je scrute l'horizon à 40 000 pieds d'altitude ou que je vole juste en deçà de la vitesse du son à seulement 500 pieds du sol, chaque expérience est palpitante. Mais dans l'ensemble, j'aime tout particulièrement faire partie de cette équipe qui fournit son expertise dans le domaine de la mise à l'essai et de l'évaluation du matériel aérospatial, et qui joue un rôle de premier plan à l'appui des capacités opérationnelles de l'Aviation royale canadienne.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Une personne qui m'inspire beaucoup est l'un de mes instructeurs de vol d'essai de la National Test Pilot School : Nicola Pecile. En plus d'avoir mené une brillante carrière comme pilote de chasse, il est l'un des rares à s'être qualifiés comme pilote d'essai à la fois pour les aéronefs à voilure fixe et ceux à voilure tournante. En août 2015, il a été nommé pilote au sein de la société Virgin Galactic. En tant qu'instructeur de vol d'essai, Nicola tenait sincèrement à ce que chacun soit en mesure de comprendre clairement le fonctionnement du matériel, et en cours de vol, il aidait tous ses apprentis à avoir confiance en leurs capacités aussi bien au chapitre de la conduite des essais que du pilotage.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Mon film de science fiction favori est Bienvenue à Gattaca. Comme je porte des lunettes, je m'identifiais au personnage principal, Vincent, qui est poussé à abandonner son rêve parce qu'il aurait apparemment des « gènes inférieurs ». Son cheminement pour réussir à faire partie du programme spatial n'est pas le plus approprié du point de vue éthique, mais il n'a jamais renoncé à ses aspirations. Je trouve que c'est inspirant de voir quelqu'un qui se consacre entièrement à la réalisation de ses rêves et qui ne se laisse pas décourager par ceux qui ne croient pas en ses possibilités de réussite.

Quelle est votre devise?

Comme devise, j'emprunterais les mots de Neil deGrasse Tyson (ou peut-être que ce sont ceux de Snoopy?) : « Ne cesse pas de regarder vers le ciel ». Chaque fois que je vois un avion à réaction dans le ciel, je m'arrête pour le voir passer. Cela me fait toujours sourire d'émerveillement à l'idée de savoir que vingt mille kilos de métal peuvent circuler si rapidement. Je trouve qu'il en va de même pour les étoiles. Par nuit claire, peu importe le froid, je m'arrête toujours un instant pour prendre le temps de lever les yeux vers le ciel et de contempler les constellations, en me demandant quelles merveilleuses découvertes nous attendent encore dans le firmament.