Profil personnel – candidats astronautes

Les candidats participant au processus de sélection des astronautes ont tous des parcours uniques ainsi que des qualités et des compétences exceptionnelles. Découvrez leur profil hors du commun.

Voir la carte interactive

Bamsey, Matthew

Matthew Bamsey

Lieu de naissance
Burlington, Ontario, Canada

Lieu de résidence
Bremen, Allemagne

Études

  • Baccalauréat, génie aérospatial – Université Carleton
  • Maîtrise, bioastronautique – Université du Colorado
  • Doctorat, biologie de l'environnement – Université de Guelph

Quel est votre emploi actuel?

Ingénieur système en chef, projet EDEN ISS, Centre aérospatial allemand - Le projet EDEN ISS a pour objet de concevoir une serre qui sera envoyée à la base antarctique allemande Neumayer III. Cette serre fournira à la station de recherche de la nourriture fraîche pour une dizaine de personnes pendant l'hiver, tout en permettant de tester diverses technologies de maintien de la vie pour les astronautes en mission spatiale de longue durée. Je suis chargé d'aider les ingénieurs et les scientifiques de nos 14 partenaires mondiaux à concevoir et à fabriquer leur matériel, en vue de construire et tester la serre ici en Allemagne, puis de l'installer en Antarctique.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Tout simplement, pour l'exploration. Les humains ont besoin d'explorer. Nous devons nous sortir de notre quotidien pour repousser les limites, pour avoir de nouvelles idées et pour comprendre tout ce qui est possible. L'exploration ne consiste pas seulement à visiter un endroit inconnu. Elle permet d'étudier de nouveaux domaines, de tisser des liens plus étroits avec les autres et, sur le plan personnel, de tenter de nouvelles expériences (une matière à l'école, un passe-temps). L'exploration est la seule façon d'élargir nos horizons et d'ainsi découvrir et comprendre ce qui pourrait être d'une grande importance pour l'avenir de l'humanité.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'ai décidé d'étudier en génie aérospatial parce que je voulais construire des appareils qui voleraient, particulièrement des appareils pour les vols spatiaux habités. J'ai étudié la biologie environnementale parce que, pendant les longs vols spatiaux, il est primordial d'avoir un système de survie permettant de toujours avoir de l'eau, de l'air et de la nourriture, ce que produisent les plantes. L'amalgame de la technologie et de la biologie (végétale et humaine) rend la recherche dans ce domaine toujours intéressante. Les percées technologiques reliées aux serres spatiales peuvent aussi apporter des avantages considérables, ici, sur Terre.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

De nombreux professeurs ont eu une grande influence sur mon parcours, mais mon professeur de chimie au secondaire, M. Bruce, a été celui qui m'a le plus influencé. En plus d'être un professeur extraordinaire (et une personne tout simplement formidable), il était animé d'une passion sans pareille. Côtoyer une personne aussi passionnée par ce qu'elle fait m'a énormément appris sur l'importance de faire des choix selon nos intérêts afin de s'engager dans une carrière qui nous enthousiasmera. Découvrir sa passion est l'une des choses les plus importantes qu'une personne peut retirer de l'école. Merci, M. Bruce!

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'ai eu la chance de concevoir un projet, du début jusqu'à sa mise en œuvre. Il y a quelque chose d'unique à travailler au sein d'une petite équipe sur un concept (une serre en Antarctique afin de tester des technologies destinées à l'espace!), à le voir évoluer jusqu'à la formulation d'une proposition, et, maintenant, à participer à la supervision de l'imposante équipe internationale chargée de mettre en œuvre ce projet si emballant. J'adore ce que je fais parce que cela conjugue travail d'analyse et travaux pratiques, parce qu'il y a une dimension internationale et parce que le projet est un excellent outil permettant de mieux faire connaître l'espace. Et une autre raison? C'est que j'ai la chance d'aller en Antarctique!

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Il y a tant d'explorateurs formidables que j'admire. Toutefois, mes vrais héros sont mes parents. Ils m'ont laissé complètement libre de poursuivre mes rêves et de me consacrer à ce qui m'intéressait le plus, et ils continuent de m'appuyer aujourd'hui. Mes parents m'ont beaucoup appris sur l'importance de toujours traiter les autres avec respect, y compris ceux que vous ne connaissez pas, et de consacrer davantage d'énergie et de temps à ce chapitre. Ce côté humain est la raison pour laquelle je les admire et que j'ai une si grande confiance en la bonté des gens en général.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Il s'agit de classiques, mais probablement Silent Running et L'Invasion des profanateurs de sépultures. Silent Running a des liens manifestes avec la production végétale dans l'espace (dans des serres spatiales), et L'Invasion des profanateurs de sépultures, tout simplement pour la fin du film… Incroyable! Et mon film préféré dans une catégorie autre que science-fiction, je dirais Bon Cop, Bad Cop.

Quelle est votre devise?

La vie est belle. Et elle l'est réellement

Si vous devenez l’un des deux prochains astronautes, quelle sera la première chose que vous ferez?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

J'ai eu des patrons et des mentors vraiment extraordinaires dans ma vie professionnelle. Chacun d'eux m'a appris quelque chose de différent, mais de manière générale, ils m'ont conseillé d'être un leader par l'action, donc un leader prêt à exécuter des tâches même ennuyeuses ou ingrates. Je me tourne souvent vers une autre source de conseils : un livre que ma mère m'a donné quand j'ai quitté la maison pour aller à l'université. « Il te sera certainement très utile », qu'elle a dit en souriant, « au cas où j'aurais oublié un conseil ou deux ici à la maison ».

Quel est votre bien le plus précieux?

Quand mon père a pris sa retraite, un de ses premiers projets a été de nous construire chacun un canot à mon frère et à moi. Le canot en cèdre qu'il a fabriqué à partir de rien est mon bien le plus précieux parce qu'il y a consacré tant d'efforts. Par ailleurs, je vis actuellement à l'extérieur du Canada et ce canot représente mon pays, mon chez-moi. Chaque fois que j'y pense, je me souviens de toutes mes aventures dans la nature et au chalet familial. Les canots ont toujours joué un rôle important pour les explorateurs et les aventuriers au Canada.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Je me sens privilégié d'avoir eu la chance, avec ma femme, de vivre et de travailler dans différents endroits au Canada et à l'étranger. Chaque expérience apporte quelque chose de nouveau, c'est pourquoi voyager un peu partout est si enrichissant. Mais si je devais choisir un endroit, ce serait l'Arctique canadien. Si seulement tous les Canadiens pouvaient avoir l'occasion de voir ce lieu majestueux! J'aimerais beaucoup aussi me trouver dans un musée de l'espace.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Je pense que ma plus grande réussite est d'avoir pu devenir un « chercheur participatif », c'est-à-dire d'avoir eu la chance de participer directement à la recherche en faisant des expériences ou en utilisant du matériel de ma conception dans divers environnements extrêmes. Par exemple, j'ai réalisé des travaux dans l'Arctique pendant dix étés (dans la serre martienne Arthur-Clarke), j'ai pris part à une mission de simulation d'exploration lunaire/martienne de quatre mois et, pendant mes études postdoctorales en Floride, à plusieurs campagnes de vols paraboliques. Maintenant, je travaille sur un projet lié à l'Antarctique. J'ai eu le privilège d'avoir pu partager ces expériences, à l'aide de présentations, à des élèves de tous âges.

Quel est votre livre préféré?

Comme je collectionne les livres sur l'histoire de l'espace, n'en choisir qu'un seul est difficile. Malheureusement, toute ma bibliothèque (qu'elle me manque!) se trouve dans une unité d'entreposage à Saint-Bruno-de-Montarville, jusqu'à notre retour en Amérique du Nord. Si j'avais à faire un choix, ce serait soit Deke!, de Deke Slayton, soit Apollo: An Eyewitness Account by Astronaut/Explorer Artist/Moonwalker Alan Bean (superbes œuvres d'art – un livre à laisser sur la table de salon, c'est certain).

Date de modification :